Uncategorized

Née avec le VIH, une française est en rémission depuis 12 ans

C’est une première mondiale. Une Française âgée de 18 ans et porteuse du VIH depuis sa naissance est en rémission depuis douze ans. La nouvelle a été annoncée ce lundi 20 juillet à Vancouver au Canada, lors de la huitième conférence sur la pathogénèse du VIH de l’International AIDS Society.

Mais rémission n’est pas guérison. En effet en 2013, le cas du “Bébé Mississippi” aux USA avait déjà donné de l’espoir. Cet enfant, contaminé aussi à la naissance, avait une charge virale indétectable alors que son traitement était arrêté depuis trois ans. Malheureusement le virus du VIH s’était déclaré quelques temps après. D’autres enfants Français qui ont arrêté leur traitement ont également vu le rétrovirus revenir. La situation de cette jeune fille est donc le cas de rémission le plus long. Et les chercheurs n’arrivent pour l’instant pas à expliquer cette longévité, comme l’affirme le Docteur Asier Saez-Cirion, chercheur à l’Institut Pasteur, qui a présenté l’étude du cas à Vancouver :

Nous n’avons pas de données très claires expliquant pourquoi elle maintient ce contrôle sur l’infection. Elle ne présente pas les facteurs génétiques ni le type de réponse immunitaire retrouvés chez les très rares personnes qui contrôlent naturellement l’infection sans jamais avoir reçu de médicaments. Selon toute vraisemblance, c’est le fait d’avoir reçu très tôt après sa contamination une combinaison d’anti-rétroviraux qui lui permet d’être en rémission virologique depuis aussi longtemps.

S’il s’agit là d’une première, il ne faut pas confondre rémission et guérison. La rémission est l’atténuation ou la disparition momentanée des symptômes d’une maladie aiguë ou chronique. Le virus est donc toujours présent dans le corps dans la jeune fille et peut se réveiller : “Elle est capable de contrôler la réplication du virus mais il est toujours là, on arrive à le détecter et à le réactiver in vitro“, explique le Docteur Asier Saez-Cirion.

Néanmoins cette nouvelle prouve que traiter les enfants séropositifs dès leur naissance est indispensable. Aujourd’hui en France, le risque de transmission du virus de la mère et l’enfant n’est plus que de 1% contre 17% en 1994 – si la mère est traitée pendant sa grossesse, évidemment.

Pour le Docteur Frange, médecin à l’hôpital Necker à Paris l’”espoir est de mieux comprendre ce qui se passe chez cette jeune femme pour pouvoir, éventuellement, proposer l’arrêt des traitements à des patients qui auraient les mêmes caractéristiques.” En attendant de pouvoir en arriver là, on espère que la rémission de cette jeune fille se poursuivra…

MZ_AD-728X90-GIF

ADVERTISING

Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker
X